Ludivine Hénocq Conte et chant
Depuis 8 ans, Ludivine Hénocq conte , chante, bricole des chansons, ou reprend celles qui l’ont émue. Elle aime accompagner le tout de sa « boîte à soupirs » : son accordéon.

Sa licence de lettres en poche, elle dit « zut ! » au temps qui passe, et décide de consacrer sa vie aux domaines qui l’empêchent de dormir. Après un stage d'initiation à l'art du conte auprès de Barbara Bauer, puis avec Annie Kiss au Clio, Ludivine poursuit sa formation aux côtés de Philippe Sizaire, Henri Gougaud et Michel Hindenoch. Elle découvre les joies de l'improvisation à travers le jeu clownesque auprès de Michel Dallaire et d'Emmanuel Sembély au Hangar des Mines. Parallèlement à cela, elle épanouit sa passion pour les chants traditionnels du monde ( chants tsiganes, irlandais, sépharades ) en voyageant, et en se formant auprès de nombreuses chanteuses. Elle intègre plusieurs groupes, et chante également en solo en s'accompagnant de son accordéon. 
Deux ou trois chants risquent de lui "échapper" du coeur pendant le spectacle, pour venir s'entremêler aux contes, et faire battre leur parole un peu plus fort.

« Heureux soient les fêlés, ils laisseront passer la lumière » (Audiard) : Ludivine aime à raconter la fêlure de ses personnages, cette brèche existant en tout un chacun et qui, à défaut de laisser passer une quelconque lumière, ouvre en tout cas un sentier sur les terres de la mémoire : un sentier sauvage où fleurissent le rêve et l’émotion.

Presse

Le 10 décembre 2016

Moncrabeau. La magie des contes chez Pinocchio


Samedi après-midi, une nuée de petits Pinocchio a envahi le café associatif de Louveratous pour un après-midi récréatif. La conteuse Ludivine Hénocq a captivé son jeune public tout comme les parents présents. Un spectacle où elle a transporté son public dans un voyage au cœur de l'hiver dans les pays du Nord et les aurores boréales. Des contes d'hiver et de solstice où triomphent toujours les bons sentiments. Et comme ses récits parlent à tous les âges, décomplexés les parents ont participé et chanté avec leurs enfants. Le goûter offert par le café associatif a permis d'échanger avec l'artiste qui se produit également dans les écoles.

→ Pour voir l'article

Dans La Dépêche

Du 27 juillet au 30 juillet 2016

Saurat. Quatre jours de festival pour s'en laisser conter

Comme chaque été depuis seize ans, la vallée de Saurat s'ouvre toute entière à l'imaginaire et à la belle parole en organisant le festival du conte. Celui-ci débute ce soir.

Quelques très belles pointures de la vraie menterie seront à l'ouvrage toute cette fin de semaine à à l'occasion de l'édition 2016 du festival du conte, à Saurat. Parmi les têtes d'affiche figurant au programme, on peut citer Jean-Claude Botton, dont la simple évocation fait fondre les plus austères, Hélène Palardy, rockeuse et conteuse à moins que ce ne soit l'inverse, Olivier Ponsot et ses mythiques «Trois petits cochons sans parole», Catherine Caillaud qui donnera ses contes fripons et érotiques, Ludivine Hénocq dont la belle voix grave avait déjà enchanté le festival il y a quelques années, et le local de l'étape, Olivier de Robert, qui donnera en ouverture son tout dernier spectacle sur l'inattendu thème du sport.

Quelques jeunes pousses prometteuses viendront eux aussi avec leurs plus belles histoires, comme Delphine de Swardt qui livrera des contes parfumés (si, réellement parfumés !), les toniques Z'happyconteuses, le gaillard de la montagne Pierre Arrabeyre, Michèle Carrayre et ses contes pour enfants, un habitué de la maison en la personne de Pierre Ricard, la Toulousaine Laura Campagnet et enfin le duo des Crues pour une très belle création autour de «L'homme semence». Sans compter (conter !) les conteuses et conteurs du «off» qui officieront chaque jour et dans les premières parties…

→ Pour voir l'article

Dans La Dépêche

Le 30 octobre 2015

Wesserling. La magie du conte au Pavillon des créateurs


Dans L’Alsace

Le 28 octobre 2015

Kaysesberg. Contes enroués à la médiathèque


Dans L’Alsace

Le 29 mai 2015

Treignac. Du rêve à la médiathèque


Dans L’Echo de la Corrèze

Le 28 mai 2015

Treignac. Une conteuse, un accordéon et un lutin...


Dans La Montagne

Le 28 mai 2015

Lubersac. Ludivine Hénocq à l'heure du conte


Dans L’Echo de la Corrèze

Le 26 mai 2015

Verneuil-sur-Vienne. Ouverture en beauté de Coquelicontes


Dans Le Populaire du Centre

Le 23 avril 2015

Arzacq. Ludivine Hénocq a séduit le public


Photo Francis Marianne

Dans La République

17 mars 2015

Hérimoncourt. Ludivine Hénocq, la joyeuse conteuse


Dans L'Est Républicain

Le 11 mai 2014

Profitant d'un des rares endroits ombragés du jardin, la conteuse Ludivine Henocq sait conquérir son auditoire.


Photo Pattrick Nosetto

→ Pour voir l'article

Dans La Provence

Le 6 avril 2014

Brassac. Jean Jaurès s'invite chez la Marquise

Après le spectacle très apprécié par les écoles du secteur donné par la conteuse Ludivine Hénocq, sur les thèmes de la guerre et de la paix, c'est une exposition sur Jean Jaurès qui s'installe à l'espace culturel de la Marquise. Prêtées par la bibliothèque départementale du Tarn, les œuvres sur l'apôtre de la paix, qui l'a payé de sa vie, ont été installées au premier étage de la médiathèque.

Jusqu'au mois de mai, les visiteurs pourront emprunter l'escalier du château ou l'ascenseur pour aller, dans la tour du château, admirer cette exposition qui célèbre à Brassac le centenaire de la mort du député de Carmaux. Ouvrages, affiches, cartes… un riche éventail de documents pour découvrir ou redécouvrir Jean Jaurès. Après l'été, le 10 octobre, une conférence du conteur Olivier de Robert clôturera l'année Jaurès à Brassac.

→ Pour voir l'article

Dans La Dépêche

Le 23 novembre 2013

Ludivine Hénocq, une vraie conteuse, vous propose son spectacle «Contes d’hiver et de solstice» aujourd’hui, à 15h, à la salle des fêtes de la Cayrié à Puygouzon ; l’entrée est libre et gratuite.

Le conte convoque à la fois le merveilleux, le fantastique et le fabuleux. Issus de la tradition orale, ces récits, que l’on disait autrefois aux veillées, racontaient des histoires vraies ou déformées, car l’incroyable et le merveilleux devaient être présents pour faire briller les yeux des auditeurs.

Cette jeune conteuse toulousaine s’accompagne de son accordéon et elle met en scène avec talent ses contes d’hiver et de solstice. Elle se dit touchée par ces hommes d’autrefois qui parlent à ceux d’aujourd’hui… Elle rassemble des histoires sur le thème de l’eau, des saisons ou des arbres, dans la pure tradition du conte. Ancienne étudiante en lettres, elle aime cet univers et elle a eu l’honneur d’être formée par Philippe Sizaire et Henri Gaugaud, le célèbre conteur de Radio France qu’elle voit encore régulièrement. «À l’heure de Noël, c’est tellement important de remettre les contes au centre des foyers, c’est fédérateur et convivial», explique-t-elle, «avec leur poésie en apparence légère, les contes nous parlent au plus profond de nous, ils interpellent quelque chose d’inconscient, à un degré que l’on ne soupçonne pas».

«En son écrin de neige, l’hiver recèle des contes peuplés de l’esprit des forêts ; l’odeur de feu du bois y devient incantatoire, saupoudré de fragrances magiques. Les lutins ne sont jamais loin des chaumières… À minuit du soir de Noël, dans les étables les animaux parlent et prédisent l’avenir à qui viendra les écouter…». Si elle trouve son inspiration dans les contes anciens qui ont traversé les âges, son talent et ses qualités d’interprète et de comédienne ne lui appartiennent qu’à elle. Le spectacle dure un peu moins d’une heure, les chants et l’accordéon rythment les contes…». D.C

→ Pour voir l'article

Dans La Dépêche

Le 3 janvier 2013

“C’est l’histoire d’un petit garçon transformé en loup, un jour de neige et de grand froid!”

Un épais silence règne dans la petite salle de la bibliothèque. Assis au pied de la conteuse, les touts petits n’osent plus bouger. Derrière, les parents rient sous cape, pour cacher qu’ils sont un peu émus. Tout finit bien, dans un grand éclat de rire général. Quel soulagement!

Ludivine Hénocq a 24 ans. Un beau jour, au hasard d’une conversation, une bonne fée lui a soufflé le mot “conteuse” à l’oreille. Depuis, elle va d’écoles en médiathèques, avec ses histoires, légères comme des comptines ou fabuleuses comme des épopées.
Elle s’intéresse aux contes de toutes origines. Elle aime leur racines paysannes et se sent touchée par ces hommes d’autrefois qui parlent à ceux d’aujourd’hui. Son terroir, c’est la Terre ! Alors, elle habille les contes d’ailleurs avec des sentiments et des mots d’ici. Elle retient le squelette de l’histoire et y infuse sa jeunesse et son époque pour “sonner vrai”.
Elle s’accompagne d’authentiques chants tchétchènes, gitans ou arméniens, qu’elle restitue dans la langue originale pour leur musicalité. Elle a aussi ses propres petites compositions qu’elle joue à l’accordéon, à la senza, à l’harmonium ou à la harpe celtique.
Ludivine Hénocq lit et écoute beaucoup les autres conteurs. Elle rassemble des histoires sur les thèmes de l’eau, des saisons ou des arbres. Elle se crée peu à peu un nouveau répertoire, avec sa propre réécriture et un langage naturel et spontané.

Après un stage de découverte auprès de Barbara Bauer à Pau (64), Ludivine Hénocq a suivi les cours d’Annie Kiss au CLiO, Centre de Littérature Orale, à Vendôme (41) Elle s’est également formée auprès de Philippe Sizaire et de Henri Gougaud.

→ Pour voir l'article

par les Thereses

Le 5 mars 2011

Graulhet. Les « contes enroués » de Ludivine Hénocq

"Pour la première fois dans son histoire pourtant déjà longue, Graulhet Temps Libre a accueilli dans le cadre de ses activités du jeudi après-midi une jeune femme qui, après des études de lettres à l'université, a choisi une voie originale puisqu'elle est devenue … conteuse. Ludivine Hénocq accompagnée de son rouet « raconte un peu partout, pour tout le monde, aussi bien pour les enfants que pour les adultes….» comme elle le dit elle-même. En écoutant ses « contes enroués », les adhérents ont ainsi eu le plaisir d'entendre toutes sortes d'histoires, le tout dit avec malice et humour pour un auditoire vite conquis. Ludivine dit trouver son inspiration dans les contes anciens qui ont traversé les âges, mais ses talents d'écriture et ses qualités d'interprétation n'appartiennent qu'à elle. Passionnée par son activité, elle a ensuite répondu aux questions des spectateurs lors du débat. "

→ Pour voir l'article

dans la Dépêche

Le 28 janvier 2011

Demain à Marsac, Ludivine Henocq lancera le festival Alors...Raconte!

"Demain soir à 20 h 30 à la salle des fêtes de Marsac, la jeune conteuse Ludivine Henocq assurera l'avant-première du festival Alors… Raconte ! organisé par l'association des Amis de la Médiathèque du Tarn-et-Garonne, avec le concours du conseil général. Cette jeune conteuse toulousaine s'accompagne de sa boîte à soupirs » (son accordéon) et met en scène avec talent, ses « contes enroués ». Comme tous les conteurs du festival, elle déroulera pour les spectateurs de Marsac, le fil de la mémoire et de l'imaginaire."

→ Pour voir l'article

dans la Dépêche