Embedded Audio Player

Résumé

Norbert est passeur. C’est lui qui, dans sa barque bleue, est chargé d’amener les villageois d’une rive à l’autre. Le jour où un pont est construit pour relier les deux parties du village, c’est le coeur de Norbert qui se brise. Qu’à cela ne tienne : à défaut d’être passeur d’eau, il sera passeur de rêves. Et voilà que la barque bleue devient coquille à histoires...et à musique! Au clapotis de l'eau se mêleront contes, chants et accordéon, pour un tour du monde immobile.

Durée: 1h. Tout public à partir de 5 ans.


Pour les curieux

Contenu

Un conte cadre - un passeur de rivière reconverti en passeur de rêve- nous invite à prendre place à bord de la barque à histoires. Le passeur raconte un florilège de contes venus du monde entier. De tout temps, lʼeau a été une préoccupation pour lʼhumanité. Elle a aussi bien souvent fait lʼobjet dʼun culte. Ces contes nous racontent la venue de lʼeau sur la terre ( Le Rire de la Grenouille) , ses souillures ( Le Puits à lʼEau Rouge) , et la vie qui en découle de manière inopinée ( La Jarre Fêlée) . LʼEau, cʼest bien nous: ces contes nous le montrent en illustrant à quel point elle est porteuse de nos conflits, de nos blessures, de nos élans créateurs aussi.

Ce voyage à travers les Eaux du monde se fait sur fond de chants traditionnels , accompagnés dʼaccordéon. Et oui, les rivières en ont récolté quelques uns sur leur passage...

Note d’intention ou le pourquoi du comment

« LʼEau est la plus grande voyageuse. Elle connaît tout des profondeurs de la terre, de lʼélan des rivières et de la légèreté du ciel. En cela, elle est très inspirante. Jʼai voulu confronter ce nomadisme inné de lʼeau à la figure du passeur de rivière. La figure du passeur est paradoxale : cet homme , bien quʼil soit dans une barque , ne cesse de « contrer» le courant de lʼeau, en allant continuellement dʼune rive à lʼautre de la rivière. Le voici amarré à une ligne précise de la rivière...qui nʼest pas celle du voyage. Dʼoù il est, le passeur attend que lʼeau se fasse porteuse de nouvelles, et quʼelle lui offre le fruit de ses longues pérégrinations : lui, il les recueillera dans sa barque bleue...

A travers le personnage du passeur, la question de la modernité et des changements qui en découlent sʼest aussi imposée à moi: une modernité relative, bien entendu, puisquʼil sʼagit de la construction dʼun pont, qui mettra notre passeur au « chômage ». Une reconversion poétique sʼoffre à lui comme une évidence: il se fera passeur de rêve . Une assimilation de lʼélan de lʼeau à lʼélan de vie se dessine ici, à travers le destin individuel dʼun personnage humble et plein de ressources, qui ré invente sa vie avec confiance: lʼEau, cʼest nous.»