• Extraits audio
  • Un spectacle doux et plein de rebondissements: les enfants ont été scotchés du début à la fin!

    -- Carole, directrice de la crèche "les Lutins", St Pons de Thomières

  • Résumé

    "Bercez-moi", c'est...

    Un petit théâtre d'ombres et lumières peuplé de personnages-vitraux aux couleurs chatoyantes : pour faire s'arrondir les petits yeux. Des berceuses du monde entier accompagnées de clarinette, flûte irlandaise, ocarina, senza, boîte à musique : pour enchanter les petites oreilles. Une histoire pleine de «scritch», de «splatch» et de «pfriou» : pour faire rire les petites bouches.

    Tialo, le petit oiseau, sort de son oeuf bleu tout douillet. Mais à peine né, le voici confronté à la première aventure de sa vie : une bourrasque de vent emporte son oeuf tout doux, son oeuf trop chou, son oeuf doudou! La petite coquille bleue disparaît dans le ciel, et Tialo se lance à sa recherche. Sur son chemin, il rencontre un poisson, un papillon, un loup... Aucun d'entre eux n'a vu son oeuf, mais tous ont une jolie chanson à lui chanter, pour le réconforter. Des berceuses qui feront frémir, rire et grandir le cœur de Tialo. Le petit oiseau bleu retrouvera t-il son œuf tout doux, son œuf trop chou, son œuf doudou?

  • Technique

    • Durée du spectacle: 20mn
    • Pour les tous-petits (3 mois à 4 ans)
    • Jauge: 20 enfants plus accompagnateur
    • Possibilité de jouer le spectacle plusieurs fois dans la journée
    • Prévoir accès à une prise électrique (spectacle autonome)
    • Obscurité obligatoire
    • Temps d'installation: 1h
    • Temps de rangement: 30mn
  • Objectifs

    • Sensibiliser les jeunes enfants aux histoires et à la musique à travers un spectacle interactif.
    • Permettre aux jeunes enfants de découvrir de nouveaux sons et des berceuses du monde entier.

    Moyens et contenu

    Des berceuses du monde ( Congolaise, Japonaise et Irlandaise ), de la clarinette douce ( chalumeau ), de la flûte irlandaise ( low whistle ), de l'ocarina, un piano à pouces ( senza ) et une boîte à musique pour enchanter les petites oreilles. Un petit théâtre d'ombres et lumières à hauteur de bébé, des personnages vitraux aux couleurs chatoyantes pour faire s'arrondir les petits yeux. Une histoire pleine de «scritch», de «splatch» et de «pfriou» pour faire rire les petites bouches. Une histoire drôle et poétique qui illustre que grandir, c’est aussi voyager, découvrir, rencontrer, et...offrir de belles musique pour faire frémir les cœurs!

    Parcours

    Ludivine Hénocq

    Conteuse et chanteuse professionnelle, Ludivine s'adresse à toutes les générations à travers ses spectacles de contes, qu'elle accompagne de chants, butinés dans les répertoires traditionnels du monde entier. Son parcours l'a amenée à conter aussi bien en solo qu' au sein de compagnies de spectacle de rue, où elle a pu développer son goût pour l'improvisation.

    Yann Voegel

    Musicien professionnel dans le groupe de musique « Dayazell », Yann a eu l'occasion de côtoyer un public d'enfants à de multiples reprises, lors d'ateliers d'éveil musical. Son répertoire s'étend des plaines d'Irlande aux steppes de Mongolie en passant par les rivages de la Méditerranée.

  • Télécharger

    • Extraits audio
  • Résumé

    Norbert est passeur. C’est lui qui, dans sa barque bleue, est chargé d’amener les villageois d’une rive à l’autre. Le jour où un pont est construit pour relier les deux parties du village, c’est le coeur de Norbert qui se brise. Qu’à cela ne tienne : à défaut d’être passeur d’eau, il sera passeur de rêves. Et voilà que la barque bleue devient coquille à histoires...et à musique! Au clapotis de l'eau se mêleront contes, chants et accordéon, pour un tour du monde immobile.

    • Durée du spectacle: 60mn.
    • Tout public à partir de 5 ans.
  • Contenu

    Un conte cadre - un passeur de rivière reconverti en passeur de rêve- nous invite à prendre place à bord de la barque à histoires. Le passeur raconte un florilège de contes venus du monde entier. De tout temps, lʼeau a été une préoccupation pour lʼhumanité. Elle a aussi bien souvent fait lʼobjet dʼun culte. Ces contes nous racontent la venue de lʼeau sur la terre ( Le Rire de la Grenouille) , ses souillures ( Le Puits à lʼEau Rouge) , et la vie qui en découle de manière inopinée ( La Jarre Fêlée) . LʼEau, cʼest bien nous: ces contes nous le montrent en illustrant à quel point elle est porteuse de nos conflits, de nos blessures, de nos élans créateurs aussi.

    Ce voyage à travers les Eaux du monde se fait sur fond de chants traditionnels , accompagnés dʼaccordéon. Et oui, les rivières en ont récolté quelques uns sur leur passage...

    Note d’intention ou le pourquoi du comment

    « LʼEau est la plus grande voyageuse. Elle connaît tout des profondeurs de la terre, de lʼélan des rivières et de la légèreté du ciel. En cela, elle est très inspirante. Jʼai voulu confronter ce nomadisme inné de lʼeau à la figure du passeur de rivière. La figure du passeur est paradoxale : cet homme , bien quʼil soit dans une barque , ne cesse de « contrer» le courant de lʼeau, en allant continuellement dʼune rive à lʼautre de la rivière. Le voici amarré à une ligne précise de la rivière...qui nʼest pas celle du voyage. Dʼoù il est, le passeur attend que lʼeau se fasse porteuse de nouvelles, et quʼelle lui offre le fruit de ses longues pérégrinations : lui, il les recueillera dans sa barque bleue...

    A travers le personnage du passeur, la question de la modernité et des changements qui en découlent sʼest aussi imposée à moi: une modernité relative, bien entendu, puisquʼil sʼagit de la construction dʼun pont, qui mettra notre passeur au « chômage ». Une reconversion poétique sʼoffre à lui comme une évidence: il se fera passeur de rêve . Une assimilation de lʼélan de lʼeau à lʼélan de vie se dessine ici, à travers le destin individuel dʼun personnage humble et plein de ressources, qui ré invente sa vie avec confiance: lʼEau, cʼest nous.»

    • Dates à venir
    • 2019
      • Jeudi 31 octobre à 15h30
      • médiathèque de Rodez
  • Télécharger

    • Extraits audio
  • Résumé

    En son écrin de neige, l'hiver recèle des contes, peuplés d'esprits du Nord: le chant de la femme cerf résonne sur la terre gelée. Trois montagnes plus loin, les douze mois de l’année pèlent des châtaignes autour d’un immense feu, en contemplant l’aurore boréale qui ondule au dessus d’eux. A la minuit du soir de Noël, dans les étables, les animaux parlent, et prédisent l'avenir à qui viendra les écouter. Dans la campagne aux fougères cristallisées de froid, on raconte que cette nuit là, une branche de noisetier se transformera en rameau d'or...

    • Durée du spectacle: 45mn à 60mn.
    • Tout public à partir de 5 ans.
  • Contenu

    Les contes de ce spectacle sont issus des répertoires traditionnels de plusieurs pays. Des pays aux hivers blancs: on entendra des contes tchèques, russes, samis ( peuple nomade vivant en Laponie, au nord de la Scandinavie). Mais aussi des chants de Noël du monde entier, accompagnés d'accordéon.

    Note d’intention ou le pourquoi du comment

    « Les Contes d'Hiver et de Solstice sont nés du désir de faire revivre les croyances et les récits qui peuplaient le monde avant lʼarrivée du Père Noël. Vous ne trouverez donc aucune trace de bonnet rouge dans ce spectacle: il vous parlera dʼun temps où le Père Noël nʼétait pas encore né. Quand on promène son nez du côté des contes dʼhiver, on est dʼabord surpris de découvrir leurs ambiances lugubres. Quoi, Noël, cʼétait ça? Et oui, ces contes nous parlent dʼun temps où les hivers étaient rudes et où décembre annonçait non pas le début des tribulations commerciales, mais celui de la famine et des tempêtes de neige. Mais à bien chercher dans ce répertoire en apparence sinistre...on finit par trouver des pépites qui étincellent par leur optimisme : la lumière se fait plus vive quand elle naît de lʼobscurité. A la lumière de cette nuit solsticiale naît un rapport autre, tissé de convivialité et de solidarité. Des contes où la générosité change les loups en hommes, et où le vent de la lande fredonne des musiques oniriques aux colporteurs errants. Dans les «Contes dʼHiver et de Solstice» , jʼai voulu raconter cela. Ces contes dʼhiver nous ramènent à l'essentiel, de manière poétique...et non dénuée dʼhumour! »

  • Télécharger

    • Interview audio
  • Résumé

    "Tourne tourne mon rouet, sur ton fil invisible, fais nous voyager..."

    De cette parole incantatoire vont naitre, sur une envolée d'accordéon, des chants et des contes, tissés de vieilles mémoires. Funambules du souvenirs, vous serez invités à entrer dans un univers mélancolique et hilarant : un monde où la femme d'Hubert aura froid aux pieds toutes les nuits, mais pas aux yeux. Un monde où des voix ancestrales vous chanteront des mélodies venues d'ailleurs. Un monde où une fileuse amoureuse vous prouvera que les orties ne sont pas uniquement bonnes à faire une soupe. Un monde où l'on se rendra compte que les tréfonds de la terre sont bel et bien vivants.

    • Durée du spectacle: 60mn.
    • Tout public à partir de 10 ans.
  • Contenu

    Trois contes, trois personnages emblématiques du passé, du présent et de l’avenir. L’un passe ses nuits à regarder son visage dans un miroir en croyant y voir une peinture de son père, l’autre file son rêve avec des orties pour se réaliser ici et maintenant. Une autre brode sur son manteau les noms possibles de son amour de demain. Le chant accompagné d’accordéon rythme les contes , les mouvements des personnages et leurs émotions: chants traditionnels ou compositions, le chant nous raconte «autre chose», en filigrane. Quelque chose qui ne peut pas se dire. C’est une autre voix qui s’élève, ancestrale et parfois...enrouée.

    Note d’intention

    « J’ai eu envie de faire le lien entre le passé et l’avenir à travers l’image mythique de la fileuse. Mes ancêtres étaient des bûcherons et des paysans itinérants: ils allaient de ferme en ferme pour vendre leur services. J’ai eu envie de parler de cette transmission, de cette impression étrange d’avoir vécu ces instants, à force de les avoir entendu des bouches de ma famille. Nos parents nous ont légué des traits de caractère, des traits de visage. Que faisons nous avec ça? Nous sommes Eux et nous sommes Nous à la fois. C’est une réconciliation avec le passé, pour pouvoir filer notre rêve d’aujourd’hui et partir vers d’autres élans demain.

  • Télécharger

  • Crédits

    Images

    Elinoï Dsign

    Elle est l'auteur de la quasi totalité des photos sur ce site ainsi que les affiches "Contes dʼHiver et de Solstice", "Pierre de Patience"

    Perine Boyer

    Pour l'illustration du spectacle "Sur le Manteau d'un Monde"

    Adeline Gazel Garcia

    Pour les photos de spectacle "Contes d'Hiver et de Solstice", "Contes au Fil de l'Eau" et "Le Moulin à Histoires"

    Marie-Claude Hénocq

    C'est elle qui a fait la peinture de l'affiche "Contes au Fil de l'Eau"

    Maena Kalmanovitz

    Pour les photos de la rubrique "Chant" et "Pierre de Patience"

    Dorine Isambert

    Photo rubrique "Parcours" et "Pierre de Patience"

    Jean Marie Hulbach

    Photo rubrique "Parcours"

    Serge Martiano

    Photo dans la rubrique "Le Moulin à Histoires"

    Pancho

    Pour la photo en noir et blanc dans la rubrique "Parcours"

    Ollie Taylor

    L'aurore boréale de cette page

    Vidéos

    Nicolas Godtschalck

    Pour la vidéo de présentation du spectacle "Bercez-moi" et "Pierre de patience"

    TVimages48

    Pour le reportage du festival "Contes et Rencontres" en Lozère

    Conception du site

    Yann Voegel

    Programmation, infographie, webdesign

    Zola / Tera

    Moteur de template statique Libre en rust

    OpenStreetMap

    Projet de cartographie Libre du monde

    Gimp

    Logiciel Libre de retouche et de création d'images

  • Résumé

    Pas toujours facile d’être soi même...surtout quand on est une toute petite souris. Petite-Souris a un rêve : devenir la plus grande, la plus forte, et la plus puissante ! Grâce à la magie d’Arbre d’Or, Petite-Souris voyagera entre les mondes et deviendra tour à tour soleil, nuage, vent...jusqu’à se transformer en une gigantesque montagne. Mais...la montagne est elle vraiment la plus grande, la plus forte, et la plus puissante ? Il semblerait que non : et ce conte de sagesse va vous raconter pourquoi... 

    • Durée du spectacle: 30mn.
    • Tout public à partir de 3 ans.
  • Contenu

    • « La Souris qui voulait être la Montagne » est l’adaptation d’un conte tibétain ( le conte du Tailleur de Pierres) , revisité pour pouvoir être dit à de très jeunes enfants. Percussions corporelles et ritournelles rythment l'histoire.
    • « Marouchka Petrouchka » est l’adaptation d’un conte slovaque, raconté ici avec des poupées russes comme supports visuels.
    • « Les Trois Boucs » : conte suédois où l’on partira à la rencontre d'un troll terrifiant qui se fera botter les fesses par un bouc, à qui on ne la fait pas...
    • Des jeux de doigts : précieux préambule pour établir une complicité avec les enfants.
    • Au grès des saisons, des envies : chants traditionnels du monde et/ou compositions.

    Note d'intention ou le pourquoi du comment

    L’écoute des jeunes enfants est magnifique à voir : ils écoutent avec tout leur corps. Avec tous leurs sens. Et avec tout leur coeur... Il manquait à mon répertoire un spectacle qui leur était réservé. C’est maintenant chose faite...mais il fallait bien des années de pratique du conte derrière moi pour être prête. Et oui, le public des jeunes enfants est le plus exigeant ! Chaque phrase doit être motivée, chaque image ciselée, chaque attitude sculptée avec précision, afin de transmettre toute la dimension comique d’une situation, ou la poésie d’un paysage, et cela sans la moindre longueur. Ce retour à l’essentiel ne veut pas dire qu’il y a une « déperdition » du sens ou de la profondeur d’une histoire. Bien au contraire, le défi est justement d’en faire jaillir toute l’intensité... en peu de mots. Tailler dans la longueur d’une histoire pour se focaliser sur sa profondeur. Le tout saupoudré d’humour, car les enfants en ont à revendre, et qu’il est doux d’entendre leurs éclats de rires.

    • Dates à venir
    • 2019
      • Mercredi 30 octobre à 15h
      • médiathèque Portiragnes
      • Mercredi 30 octobre à 16h30
      • médiathèque de Portiragnes
  • Télécharger

    • Extraits audio
  • Résumé

    En apparence, on dirait un moulin à café ordinaire, un peu poussiéreux: ne vous y trompez pas! A l'intérieur, un lutin y a élu domicile. Il s'appelle Turlupin. En général, il est un peu ronchon: sauf si les enfants crient son nom très fort. Alors là, Turlupin s'anime (oui, il est un peu égocentrique, comme lutin...) Et zou! Il n'y a plus qu'à glisser quelques rêves en haut du moulin, faire grincer la manivelle par trois: et grâce à la magie de Turlupin, des contes, des chansons et des histoires apparaissent dans le tiroir!!!

    • Durée du spectacle: 45mn.
    • Tout public à partir de 5 ans.
  • Contenu

    Ce spectacle, destiné à un jeune public, est ritualisé, ce qui le rend très interactif. Un moulin à café ancien, un habitant mystérieux...une formulette, trois coups grinçants de manivelle entre les contes : et la magie du moulin à histoires opère, dans les yeux des enfants! Les contes de ce spectacle ne sont pas fixés et peuvent varier au fil des saisons, de mes nouvelles trouvailles et de mon inspiration du moment.

    Note d’intention ou le pourquoi du comment

    «Un jour, j’ai retrouvé le moulin à café avec lequel je réduisais le pain sec en miettes pour les oiseaux quand j’étais petite. En le retrouvant, je me suis dit: « ce moulin est habité par quelque chose». Rien que posé là, sur une étagère, il s’en dégage une effluve de magie. J’ai eu envie de faire redécouvrir cet objet ancien aux enfants d’aujourd’hui, et d’en faire un écrin à histoires.»

  • Télécharger

  • Parcours

  • Depuis douze années, Ludivine Hénocq conte , chante, bricole des chansons, ou reprend celles qui l’ont émue. Elle aime accompagner le tout de sa « boîte à soupirs » : son accordéon.

    Sa licence de lettres en poche, elle dit « zut ! » au temps qui passe, et décide de consacrer sa vie aux domaines qui l’empêchent de dormir. Après un stage d'initiation à l'art du conte auprès de Barbara Bauer, puis avec Annie Kiss au Clio, Ludivine poursuit sa formation aux côtés de Philippe Sizaire, Henri Gougaud, Michel Hindenoch et Françoise Diep. Elle découvre les joies de l'improvisation à travers le jeu clownesque auprès de Michel Dallaire et d'Emmanuel Sembély au Hangar des Mines. Parallèlement à cela, elle épanouit sa passion pour les chants traditionnels du monde en voyageant, et en se formant auprès de nombreuses chanteuses. Elle intègre plusieurs groupes, et chante également en solo en s'accompagnant de son accordéon. Deux ou trois chants risquent de lui "échapper" du coeur pendant le spectacle, pour venir s'entremêler aux contes, et faire battre leur parole un peu plus fort.

    « Heureux soient les fêlés, ils laisseront passer la lumière » (Audiard) : Ludivine aime à raconter la fêlure de ses personnages, cette brèche existant en tout un chacun et qui, à défaut de laisser passer une quelconque lumière, ouvre en tout cas un sentier sur les terres de la mémoire : un sentier sauvage où fleurissent le rêve et l’émotion.

  • Une pierre de patience, qu’est ce que c’est ?

    La pierre de patience est un objet magique, présent dans de nombreux contes de Grèce et de Turquie. Selon les croyances, la pierre de patience est une pierre confidente à qui l’on révèle ses secrets et ses peines. Le jour où elle se brisera (ou bien le jour où on la perdra), alors, la croyance assure que nous serons libérés de tout ce qu’on lui avait confié.

    Résumé

    Dans le désert, il y a des foulards accrochés aux branches d'un santal. Il y a des traces de pas dans le sable. Ce sont ceux des femmes qui marchent. Où vont elles? Qu'elles soient en fuite, en chemin vers l'amour, ou en quête de beauté, toutes suivent sans relâche la lanterne de leurs rêves. Ainsi se transformeront leurs vies, peuplées de défis et de merveilles : pendant que l'une brode son rêve de la nuit avec ses larmes et un fil de soie, une autre confie son histoire à une pierre de patience, pour soulager son coeur. Une troisième sculpte de ses mains son futur époux, avec la farine la plus fine, l'eau la plus pure, et un mélange de toutes les épices du monde. Vêtues de leur robe d'audace, chacune, à sa manière, ira à la rencontre d'elle même. Toutes intensément vibrantes. Intensément…humaines.

    • Durée du spectacle: 60mn.
    • Tout public à partir de 10 ans.
  • Contenu

    • Des contes issus des répertoires traditionnels d'Europe Méridionale et d'Asie ( versions grecques, turques et un conte du Tibet)
    • Des compositions en français mêlées à des chants traditionnels arméniens, tchétchènes, turcs, lazes, indiens, tsiganes

    Note d’intention ou le pourquoi du comment

    Il y a quelques années, je suis tombée sur un conte qui m’a immédiatement fascinée: «Pierre de Patience». L’histoire de cette jeune fille, enlevée par un oiseau bleu pour aller veiller un homme mort pendant 40 jours et 40 nuits avait de quoi dérouter. Le fait qu’elle tombe amoureuse de lui et de son silence, encore plus.

    Au fil de mes recherches ( effectuées notamment grâce au magnifique ouvrage d’Anna Angelopoulos « Contes de la Nuit Grecque » aux éditions Corti ) j’ai découvert que ce conte était un sous-type du conte d’Eros et Psyché, et qu’il avait de nombreuses versions en Turquie, en Grèce, et dans toute l’Europe Méridionale : 118 versions existent ! Il ne me restait plus qu’à tisser mes versions favorites entre elles.

    L’étrangeté et la poésie de ce conte m’ont habitée longtemps. Je ne pensais pas le raconter un jour. Mais il est des «alarmes» silencieuses qui nous préviennent quand il est temps...

    «Pierre de Patience», conte éponyme, est donc à l’origine de ce spectacle. Trouver des compagnons de route à ce conte «pilier» est comme un jeu...sans fin. C’est que je m’intéresse à un thème très vaste et inépuisable: celui de la femme, et de ses transformations au cours de la vie. La femme créatrice, la femme qui veille, la femme qui s’initie, la femme qui devient mère, la femme guérisseuse... Autant d’archétypes immémoriaux qui nous en apprennent plus sur nous mêmes, et qui nous murmurent à l’oreille: «Oui, les femmes de ces histoires, ces femmes d’un autre temps avaient les mêmes rêves et les mêmes peurs que toi. Vois comme ta puissance vient de loin. Sent comme toutes ses femmes sont derrière toi, et avec toi.»

    Bien entendu, ce spectacle ne s’adresse pas à un public spécifiquement féminin: les hommes ne sont jamais bien loin, dans ces histoires... Ce spectacle veut simplement être un hommage: un hommage à des héroïnes fascinantes, fortes et douces à la fois. Des héroïnes qui disent oui à leur destin, oui à leur intuition, à la vie, à ce qui leur est proposé. Elles baissent les armes et s’abandonnent, pour vivre ce qu’elles ont à vivre, et en ressortir transformées, grandies. Ce ne sont pas des guerrières: elles ont fini de se battre. Leurs prouesses ne résident pas dans le maniement des armes mais dans leur faculté à faire confiance à la vie, et à elles même.

    Pourquoi avoir peur? Pourquoi ne pas y aller, quand la vie nous le propose? Puisqu’à la fin de l’histoire, quelques soient les difficultés rencontrées, c’est toujours un "nous même" grandi qui nous tend les bras...

    Ce spectacle n’a aucun lien avec le livre et le film « Syngué Sabour, Pierre de Patience » d’Atiq Rahim : seul le motif de la pierre de patience s’y retrouve.

    Graphisme Elinoï Design. Merci au modèle d'avoir prêté sa douce présence costumée pour cette affiche.

  • Télécharger

  • Résumé

    Deux hommes, deux guerriers, chargés de combattre au nom de leur village respectif, en guerre depuis la nuit des temps. Pourquoi se font ils la guerre? on ne sait plus, ça fait si longtemps...une nuit de trêve, enveloppés tous deux dans la lumière bienveillante d’un feu de bois, les deux combattants se laissent aller à la discussion. Ils se racontent des histoires. Des histoires sans «pourquoi» ni «parce que». Des histoires où l’on laisse chanter les coeurs pour que leur «poum poum» couvre celui de la colère. Des histoires où le rire rend l’eau des rivières. Des histoires où l’amitié fait fleurir les pierres et où le partage fait disparaître les joues maigres. Les deux hommes rient, les deux hommes s’émeuvent...jusqu’à oublier pourquoi leurs armes sont posées à côté d’eux.

    • Durée du spectacle: 45mn.
    • Tout public à partir de 5 ans.
  • Note d’intention ou le pourquoi du comment

    En 2014, deux bibliothèques m’ont demandé de créer un spectacle sur le thème de la guerre et de la paix, dans le cadre de l’année Jean Jaurès. Proposer ce spectacle aujourd’hui est ma réponse de rêveuse aux violences qui éclatent partout dans le monde .

    Les contes ancestraux nous parlent eux aussi de la guerre, puisqu’il s’agit, qu’on le veuille ou non, d’une problématique aussi vieille que l’humanité. Les contes nous parlent aussi, bien souvent, de la paix. Pas de gentils, ni de méchants. Pas de bien, ou de mal. Pas de morale manichéenne et bien pensante. Les contes voient bien au delà: ils nous proposent, avec toute la pudeur propre à leurs symboles, une vision poétique et intemporelle de ces combats humains. Une transcendance par la beauté, le partage, et le rire qui nous rassemblent, quelque soit notre place sur la Terre et quelque soit notre place sur la frise du Temps. Une transcendance qui nous amène sur l’autre rive. Une rive bleue, lumineuse: celle de la paix.

  • Ludivine Hénocq raconte un peu partout, pour tout le monde, aussi bien pour les enfants que pour les adultes: dans les festivals, les bibliothèques, les écoles, les musées, les théâtres, les centres culturels, les MJC, les parcs, les particuliers... Lors d’évènements comme le salon du livre ou la journée du patrimoine...

    Parce que sa voix la démange et que ses doigts la titillent, Ludivine accompagne souvent ses histoires de chants et d'accordéon: deux poumons et un soufflet, au service du rêve, toujours. Du rire, souvent.

  • Livre d'or

    Elle conte,elle joue de l'accordéon, elle chante, elle s'anime et le public se régale!

    -- WMaryse, nov. 2009

    J’ai découvert une perle. Les yeux remplis d’étoiles, elle est générosité. Son chant nous touche au plus profond.

    -- Martinei, conteuse, janv. 2010

    Grands et petits ont été sous le charme de Ludivine, la conteuse, magicienne des mots et des sons. ils ont quitté la salle avec des rêves pleins les yeux. Un hasard...et un heureux présage d’une collaboration future.

    -- Directrice du foyer E.Billières, mars 2010

    Le conte que j’ai eu le bonheur d’écouter m’a faite entrer doucement dans ton univers, qui m’a enchanté!

    -- Florence, avril 2010

    Ludivine sait allier fraîcheur et maturité. Elle se transforme sous vos yeux dès qu’elle se met à conter. Entière, sa voix et son attitude ne font plus qu’un quand elle entre dans une de ses histoires. C’est de plus une redoutable écrivaine, qui cisèle ses contes comme autant de petits joyaux laissés sur la route

    -- Jeanne, mai 2010

    Je me suis décidée à venir vous écouter: ben oui, on sait jamais, ça pourrait être chouette...ah mais c’est à dire que là, on frôle le grand duc! «Bravo» est un peu succinct. Je suis bouche bée après cette heure de rêverie.Tout est un enchantement. On se sent bien dans l’univers dans lequel vous nous avez menés. Merci d’avoir fait la route jusqu’à nous. Même à sens unique, ce fut pour moi une belle rencontre

    -- Delphine, novembre 2011

    Captivante .

    -- Lucette, avril 2012

    Merci Ludivine, vous avez été géniale ! ce soir j’ai pu m’évader grâce à vous, et je n’avais pas envie que ça s’arrête! merci!

    -- Sylvie, avril 2012

    Unos cuentos maravillosos y una llorona fantastica. Gracias

    -- Iusé, août 2013

    Ton spectacle était très bien

    -- Thomas (5 ans), août 2013

    Je me suis régalée. Merci Ludivine

    -- Murielle, août 2013

    Très bonne soirée sous le ciel de Lautrec, une très agréable découverte

    Suzanne et George, août 2013

    Merci pour ce merveilleux voyage dans la barque de Norbert

    -- José, août 2013

    C’était super! on a été plongé dans l’histoire, les touches d’humour faisait vivre l’histoire. Jouer de l’accordéon et parler en même temps ça doit pas être facile j’imagine!

    -- Pauline (11 ans), août 2013

    Vous m’avez encore une fois captivée, Ludivine

    -- Ghislaine, déc. 2013

    Je tiens à te remercier vivement pour le joli spectacle de tu as proposé à Rieussec ; les spectateurs, de tout âges, l'ont beaucoup apprécié ! A une année prochaine, j'espère.

    -- président de l'association "Lous braves enfantous", décembre 2013

    Je suis partie loin, loin, loin...

    -- Suzie, décembre 2013

    Berc' Emoi, un spectacle doux et plein de rebondissements: les enfants ont été scotchés du début à la fin!

    -- Carole, Directrice de la crèche "Les Lutins", janvier 2014

    Ludivine, une de mes plus belles rencontres de ces dernières années. Douce, pétillante, bourrée de talents. Elle est magique et incarne la joie de vivre. Son univers artistique reflète tout ce que j'adore : la féérie, la musique, le Monde ... Ludivine est une vraie artiste à ne surtout pas laisser de côté; Merci pour tout ce que tu fais pour l'art!

    -- Adeline, février 2014

    Une belle âme et une merveilleuse conteuse à rencontrer, à écouter...

    -- Val, mars 2014

    Ludivine c'est la conteuse à rencontrer dans une vie : souriante, présente, enchantée, une femme de la terre, une véritable belle personne! Merci d'exister...

    -- Savi, mars 2014

    Un talent plein de fraicheur, de malice et d'intelligence... à programmer sans hésiter!

    -- Julie, communauté de communes terres du soubestre, mars 2014

    Conteuse, musicienne, chanteuse... Ludivine est très talentueuse et on l'écouterait pendant des heures ! Du charme, de la fraicheur, de l'humour.. Un (ou des) spectacles à consommer sans modération !

    -- Sandrine, médiathèque morlanne, avril 2014

    Ludivine est plus que conteuse ou chanteuse... Elle EST le conte, elle EST le chant... Ce portail vers son univers en dit long sur les chemins et prairies qu'elle partage en voyage : Ensemble. Sourires vers Toi Ludivine...

    -- Marie K Luna, avril 2014

    Merci Ludivine pour cette belle balade au fil de l'eau !

    -- Lise, mai 2015

    Des contes à la fois poétiques et pleins d'humour, une conteuse qui a su captiver son public et interagir avec lui. Les spectateurs étaient ravis!

    -- Médiathèque de Wesserling, nov. 2015

    Mon coeur d'enfant n'est jamais,jamais loin et là,depuis hier soir, il est en joie !!!Un moment merveilleux hors du temps ,un spectacle intimiste,magique à la laiterie .Vous êtes une fée tisserande de bonheur ; longue vie à votre spectacle! Merci.

    -- Isa, juin 2018

  • Production "Les Thérèses"

    • n° de licence d'entrepreneur : 2-1023023 et n°3-1023024
    • adresse : 6 Impasse Marcel Paul, Z.I Pahin, 31170 Tournefeuille - France
  • Résumé

    Contes et chants des pays celtiques. On raconte en Irlande que les forêts, les prairies, et les rivières…sont le tissu d'un immense manteau: celui d'une déesse. Lorsque nous nous promenons parmi la bruyère en fleur, le long des falaises, ou au bord de l'écume... nous marchons sur ce manteau: et nous en faisons partie! Il sera possible d'y croiser une femme berçant un enfant vieux de mille ans, un leprechaun en train de se gaver de biscuits, mais aussi le premier poète du monde! Un monde aux prairies émeraudes, bordées de clochettes de fuchsias et d'herbes magiques. Un monde où les sirènes et les fées…chantent en gaélique.

    • Tout public à partir de 8 ans.
  • Contenu

    • Des contes traditionnels irlandais et bretons
    • Des chants traditionnels irlandais en gaélique

    Note d'intention ou le pourquoi du comment

    Depuis longtemps l'Irlande me fascine. J'ai d'abord rencontré cette île à travers ses chants traditionnels. Ceux en langue gaélique m'ont particulièrement "attrapé" l'oreille . L'étrangeté de la langue, la mélancolie des voix , la gaieté des mélodies…il me tardait de les apprendre pour pouvoir les chanter à mon tour. Après plusieurs rencontres et formations en France où j'ai eu la chance d'apprendre mes premiers chants en gaélique, je suis partie en Irlande pour les faire entendre là bas, afin que l'on me dise si la prononciation était la bonne, que l'on me donne des conseils... Ce voyage a été intense: la journée était dédiée à la lecture (in situ!) des contes d'Irlande collectés par Sylvie Muller, et à "la cueillette de sensations". Je savourais le vent salé, les gloires de lumière dans les immenses prés, les cercles de pierres, les sources sacrées, les haies de fuschias, le vol des corbeaux. Je me délectais de brumes, de falaises, de champs de pierres, de chapelles en ruine. Le soir venu, je me rendais dans les pubs, pour assister aux "Singing Cessions" autour d'un feu de tourbe et d'une Guinness: j'y chantais les chansons que j'avais apprises, et j'en cueillais d'autres. De pub en pub, de singing cessions en singing cessions, j'ai fait le tour du sud de l'Irlande, de Dublin à Gallway. Et quand je suis revenue, les mains débordantes de nouveaux contes , de nouvelles chansons, et de nouveaux paysages…j'ai su qu'un spectacle viendrait bientôt réunir tous ces trésors. Ce spectacle, le voici: " Sur le Manteau d'un Monde".

    illustration Perine Boyer, graphisme Elinoï

  • Télécharger

  • Bienvenue !

    Ludivine Hénocq, conteuse, vit dans l'Hérault. Les contes de son répertoire se mêlent aux chants traditionnels du monde entier. Elle accompagne le tout de sa « boîte à soupirs » : son accordéon.

  • Les nouvelles de l'automne

    Un été placé sous le signe de la cigale, avec trois beaux festivals gardois où j’ai eu le bonheur de conter : le festival du Conte en Uzège, la Nuit du Conte de Thoiras, et le Festival de Contes sous le Tilleul. Mon dernier spectacle « Sur le Manteau d’un Monde » ( contes et chants des pays celtes, public familial ) a pu y être dit dans des lieux oniriques : dans une forêt, la nuit, et au bord d’un lavoir…
    Pour visionner un extrait de ce spectacle, rendez vous ici ↵

    Les petites oreilles ne sont pas oubliées, avec « La Souris qui voulait être la Montagne » ( à partir de 3 ans  ). Ce spectacle va être conté de nombreuses fois au cours de l’année : plus de nouvelles bientôt !
    En attendant, vous pouvez (re)découvrir ce spectacle ici ↵

    Festival Conte en Uzège - photo Sophie Joignant
    Festival Conte en Uzège - photo Sophie Joignant

    Conte sous le Tilleul - photo Jean-luc Rio
    Conte sous le Tilleul - photo Jean-luc Rio

    Pour ceux et celles qui n'auraient pas prévu leur programmation hivernale pour les mois de novembre/décembre/janvier/février, je vous laisse (re)découvrir le spectacle de circonstance que je propose pour la froide saison: « Contes d'Hiver et de Solstice » , qui se trouve: ici ↵


    Et maintenant, nous voici en septembre...le mois où l’air du matin révèle que les nuits se sont rafraîchies... Entre les herbes, les berceaux de toiles d’araignées sont perlés de rosée. Les mûres se flétrissent, les fleurs de chardons se sont transformées en duvet, les clochettes de fusain sont prêtes à rosir, l’odeur de la lavande s’atténue...les premières feuilles jaunes goûtent à une deuxième vie, dans la main de l’enfant qui va à l’école.